Jay (précédemment John) Jordan

Adolescent, JJ passait son temps à réaliser des films super 8 et à développer des photographies dans une chambre noire. Dans les années 1980, il réalisait des performances dans la tradition du “body art”, provoquant souvent l’indignation de la presse à sensation britannique.  Les années 90 sont marquées par la paternité, un projet de sept ans d’exploration de la masculinité et de sa relation avec la pornographie (par le biais de l’art, d’interventions dans des émissions de télévision et de thérapies) et la codirection de l’organisation londonienne Platform, inspirée de Joseph Beuys, de 1987 à 1994.

Il a quitté Platform après avoir découvert les joies de l’action directe et a cofondé le collectif anticapitaliste de rave et d’action directe Reclaim the Streets (1995-2000), JJ a aussi co-fondé la Clandestine Insurgent Rebel Clown Army en 2004. CIRCA est devenue un mème mondial mais JJ a rapidement déserté lorsqu’iel a réalisé que c’était un crime esthétique. A peu près à la même époque, JJ a quitté son poste de maître de conférences aux beaux-arts de l’université de Sheffield Hallam pour travailler comme caméraman sur le film de Naomi Klein, The Take, tourné pendant le soulèvement argentin. Iel continue à enseigner et à donner des conférences pour diverses institutions allant de l’école d’art UDK de Berlin, Le Conservatoire Royale D’Écosse,  au festival de musique CTM.

Iel a co-édité et co-écrit We Are Everywhere : the irresistible rise of global anti-capitalism (Verso, 2003), Le Guide d’Usager pour Demander l’Impossible (avec Gavin Grindon, Minor Compositions 2009), le film/livre Les Sentiers de l’Utopie (avec Isabelle Fremeaux, Zones/La Découverte, 2011) et We are ‘Nature’ Defending Itself : Entangling Art, Activism and Autonomous Zones (avec Isabelle Fremeaux, Vagabonds/Pluto/Journal of Aesthetics & Protest, 2021)