C.A.R

En collaboration avec h-artlab

Depuis 2019

La C.A.R (Cellule d’Actions Rituelles) est une collaboration  avec le duo d’artistes h-artlab. Elle est née lors du premier anniversaire de l’annulation du projet d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes en janvier 2019 et se consacre depuis à l’organisation de rituels de soins, pour célébrer le commun et les cycles des saisons, principalement sur la zad.

Notre pratique est enracinée dans la magie (dont nous pensons, comme beaucoup, qu’elle “marche en pratique mais pas en théorie”) et invoque la dimension théâtrale du rituel, pour nous décaler hors du banal vers des modes d’intensité et d’attachement partagés et pour agir comme des “conteneurs d’intentions”. Nos rituels utilisent ce qui est à portée de main: masques de boue ou masques à gaz, marionnettes de tritons géantes  ou paillettes par poignées. Ce qui compte, c’est que cela fonctionne: que la réalité soit tordue, que la communauté soit solidifiée. Nous animons des rituels de résistance mais aussi des ateliers, dont un qui explore comment rester ingouvernable même après la mort.

Couverture médiatique

La Zone à Défendre: du spectacle au rite, chronique de la matinale de France Culture du 17 janvier 2020 (en direct de la bibliothèque de la zad, le Taslu).

Un anniversaire sous le signe de la reconstruction, article et courte vidéo sur le rituel de protection des Planchettes dans le magazine en ligne Reporterre

Ne laissons pas le réenchantement du monde aux mystiques, interview d’Alessandro Pignocchi, un ami cher de la CAR, dans le Monde, 21.08.2020

Un article de JJ sur les rites et la construction des communs

En savoir plus sur la C.A.R

Le 17 janvier 2018, le Premier ministre français est passé en direct à la télévision, avec le ministre de l’Intérieur à sa droite et celui de l’Environnement à sa gauche, et a annoncé l’abandon du projet d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes. Dans la foulée, il a également déclaré que ” l’État de droit reviendrait en zone hors-la-loi “, que si tous les agriculteur·ice·s exproprié·e·s pouvaient recouvrer leurs terres, les occupant·e·s ” illégales” de la zad devraient partir avant le 31 mars 2018, après quoi il·le·s seraient expulsé·e·s. Celleux qui avaient sauvé ces terres du béton devaient partir.

La plus grande mobilisation policière de France depuis Mai 68 a commencé à 4h du matin le 8 avril, lorsque 4000 robocops, drones, hélicoptères et tanks ont lancé leur attaque. En trois jours, plus de 40 de nos logements ont été rasés, 11 000 grenades lacrymogènes et explosives ont été balancées, trois cents d’entre nous ont été blessé·e·s, certain·e·s gravement. La zad a été contrainte de légaliser ses terrains squattés et les conflits déjà explosifs entre les habitant·e·s sont allés crescendo.

Face à une communauté traumatisée, au moment de fêter le premier anniversaire de l’abandon, la Cellule d’Actions Rituelles, est mise en place pour réaliser un rituel de guérison, inspiré par le fait que les tritons de cette zone humide ont des cellules capables de se réparer, et donc que si son coeur est blessé il peut en “faire pousser” un nouveau.